> COMMUNE - Serviès

  • Maire : Bernard CAUQUIL
  • Adresse de la Mairie : Place du 19 Mars 1962 - 81220 Serviès
  • Tél : 05 63 82 51 60
  • Fax : 05 63 70 52 30
  • Email : mairie-servies@wanadoo.fr  /  Site internet : http://servies.fr
  • Ouverture au public : Lundi au vendredi 8h - 12h
  • Secrétaires : Julie BOUTIE - Pascale SANCHEZ

 

  • Population : 589 habitants
  • Superficie : 1280 ha
  • Dominante : Serviès est à mi chemin dans la vallée de l'Agout, bordée par cette rivière sur 1/3 de ses frontières.

Historique


 

Lavoir de Varagnes

L'histoire de Serviès remonte à l'époque acheuléenne et le site de Fontaurie, important hameau de la commune, est répertorié depuis 1976 dans les ouvrages qui relatent la période préhistorique. La civilisation Gallo-romaine est présente de l'an 100 à 500 de notre ère, on peut donc à partir de ces indices, penser que Serviès vient du mot latin serf : serve ; adjectif du latin servus, esclave, personne travaillant dans une ferme gallo-romaine, entendons par-là villae, maison romaine fortifiée.

C'est en 655 que Serviès rentre réellement dans l'histoire par St Didier, notable albigeois qui devient évêque à Cahors et Ministre des finances de Dagobert. En 1111, sous Louis VI, on note la fondation d'un prieuré, à St Pierre de Rouzieux, dans la commune de Serviès. C'est une annexe de la grande et puissante abbaye bénédictine de Lagrasse, près de Narbonne.

Les Vitalis, apparentés au De Capirol et Châteauneuf (Castelnau) étant co-seigneurs de Serviès de 1300 à 1600 leur généalogie se trouvant relevée dans la commune. C'est en 1824, par autorisation de l'évêque d'Albi, que les servièssois ont pu restaurer leur église. D'importants travaux sont entrepris par l'Abbé Couzinié, homme de culture très attaché à la monarchie, et qui édite le fameux dictionnaire de la langue romano-castraise. Les dépenses somptueuses pour la rénovation de cette église créeront de fortes tensions entre le conseil de fabrique et le conseil municipal en pleine période où la république avait des difficultés à s'imposer dans ce monde rural.

Enfin, pendant la guerre de 1914, de nombreux jeunes de notre commune sont partis défendre les libertés, pendant que les femmes, au prix de beaucoup d'efforts, travaillaient les terres.